Protection des données

Les cookies nous aident à mieux adapter notre site web à vos intérêts et à vos besoins. En utilisant ce site web, vous consentez à l'utilisation de cookies et à notre directive sur la protection des données.

Usage correct du compost

Le compost donne un coup de pouce aux plantes dans leur croissance. L'important, c'est de l'utiliser à bon escient et au bon dosage, faute de quoi il peut même nuire aux plantes.

Le compost peut être épandu tout au long de l'année. Pour le potager, il est recommandé de réaliser les apports au printemps.
Le compost peut être épandu tout au long de l'année. Pour le potager, il est recommandé de réaliser les apports au printemps.

(sku) Non seulement une matière organique décomposée sous forme de compost contient des nutriments précieux favorisant la croissance des plantes, mais elle aide également à améliorer la structure du sol. Le compost peut être utilisé dans le potager, les parterres de fleurs et d’arbustes, ainsi que dans le verger et le jardin de baies.

Dosage et épandage corrects du compost

Le besoin en nutriments de nombreuses cultures peut être couvert par un apport de 2 à 3 litres de compost par mètre carré et par an. Cela correspond à un bac à compost de 10 litres réparti sur 4 m2. Pour le terreau, on mélange 1/3 de compost mûr, 1/3 de terre agricole et 1/3 de tourbe ou de substitut de tourbe. Trop de compost peut nuire aux plantes.

Lors de son épandage, le compost mûr n’est incorporé à la terre que sur une épaisseur de 5 à 10 cm. Les organismes vivant dans le sol se chargent de la répartition. Le compost peut être épandu toute l’année. Il est recommandé d’utiliser le compost dans le jardin au printemps. Les plantes exigeantes, telles que les choux, les concombres, les pommes de terre, les poireaux ou les céleris, peuvent bénéficier d’apports supplémentaires en cours d’année. En automne, le compost peut également être utilisé comme couche de paillis. La terre à compost n’est pas appropriée pour les plantes qui nécessitent un sol acide, telles que les plantes de terre de bruyère, les Ericas et les rhododendrons.

système de compostage
Le choix du système de compostage approprié se base sur la taille du jardin et la quantité des matières à composter.

Système de compostage adéquat pour le jardin

Le choix du système de compostage approprié se base sur la taille du jardin et la quantité des matières à composter. Il est important que le système de compostage soit créé sur une surface naturelle.

  • Il est facile de procéder au compostage en andain, car il permet de brasser facilement les matières à composter. Le compostage en andain requiert beaucoup de place et doit être de préférence placé là où il y a beaucoup de matières à composter. Il est important de couvrir le tas de compost de sorte qu’il reste perméable à l’air.

  • Les composteurs ouverts ou silos à compost en bois ou en grillage, ouverts en haut et en bas, sont faciles à fabriquer. Étant donné que la dégradation des matières organiques s’opère du haut vers le bas et que les couches inférieures sont plus mûres et plus difficilement accessibles, il est recommandé d’installer deux bacs à compost. Si le premier bac à compost est plein, le compost peut être transféré dans le second bac pour accélérer le processus de compostage.

  • Les composteurs rapides ou thermiques sont appropriés pour les petits jardins. Ils sont disponibles dans les jardineries et doivent être perméables à l’air et à l’humidité. Le compostage s’effectue plus rapidement grâce à la chaleur développée à l’intérieur.

Champignons, vers et mille-pattes à l’œuvre

Le compost peut être réalisé à n’importe quelle saison. Le processus de dégradation peut être divisé en plusieurs phases. Au cours des premiers jours de la phase de dégradation, un grand nombre de champignons et de bactéries avides d’oxygène se reproduisent dans le compost frais. Pendant la phase de transformation, les champignons, qui désagrègent les substances difficilement dégradables, envahissent le compost. Durant la phase de formation, ce sont les nématodes, cloportes, collemboles et mille-pattes qui prennent le relais. Pendant la phase de maturation, les vers de compostage excrètent une matière qui se présente sous la forme de miettes structurées à l’apparence de grumeaux. Après les vers de compostage, les lombrics sont les derniers à coloniser la matière pour poursuivre le décompactage.

L’état de dégradation doit être contrôlé au bout de trois ou quatre mois. Si le mélange de compost est terreux et humide, on peut le laisser mûrir deux à trois mois de plus. Si le compost est trop mouillé ou sec, il faut procéder à son brassage et le remélanger. Le brasser deux ou trois fois par an favorise dans tous les cas la dégradation.

Au bout d’un an ou en fonction du processus de dégradation, la terre à compost peut être tamisée à l’aide d’une grille. Il faut veiller à ne pas tamiser les parties de plantes qui ne se sont pas encore dégradées. Ce qui reste dans le tamis peut être mélangé comme matière de structure avec les déchets frais.

En fonction du processus de dégradation, le compost est mûr et prêt à être utilisé au bout de 12 mois environ. Le compost est prêt à être utilisé lorsqu’il est dégradé et présente une structure émiettée. Le degré de maturité peut être établi au moyen du «test du cresson». Celui-ci consiste à prélever un peu de terre au centre du tas de compost et d’y semer des graines de cresson. Si le cresson germe dans les trois à quatre jours, le compost est prêt pour l’utilisation dans le jardin.

Que faire pour éviter que le compost dégage des odeurs nauséabondes?

Afin que le compost ne développe pas de mauvaises odeurs, il faut bien incorporer les déchets frais et les saupoudrer de farine de roche. L’ajout d’une matière de structure comme des feuilles, de la paille ou des copeaux de bois est également un bon remède. Pour une dégradation optimale et pour la prévention de problèmes avec le compost, il est recommandé de mélanger des matières grossières à des matières fines, et des matières humides à des matières sèches.

Si l’on presse la terre à compost à la main et que de l’eau goutte, le compost est trop humide. Cela est souvent dû à des matières inadéquates. L’erreur classique est d’ajouter une quantité de déchets de tonte trop importante. Il est préférable de laisser sécher les déchets de tonte avant de les mettre à composter. La quantité doit être également bien dosée. Le bon rapport de mélange est essentiel pour le compostage.

La sécheresse se manifeste par la structure fissurée et fortement grumeleuse de la matière de dégradation, voire par la présence de fourmis dans le tas de compost. Pour y remédier, arroser et brasser tout en ajoutant des matières de compost humide, telles que des déchets de tonte ou des épluchures de fruits et légumes. Choisir un endroit ombragé pour le compost.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article