Maladies au jardin : La cloque du pêcher

Les pêchers plantés dans nos régions sont souvent atteints de la cloque du pêcher. Vous trouverez ici quelques conseils qui vous permettront de la reconnaître et de la combattre efficacement.

Cette affection est susceptible de causer de graves dommages aux arbres producteurs de pêches et de nectarines, et c'est la maladie du pêcher la plus répandue. Elle doit son nom aux boursouflures que présentent les feuilles infectées.

Les feuilles atteintes se distinguent par leur couleur rouge ou plus pâle que la normale.
Les feuilles atteintes se distinguent par leur couleur rouge ou plus pâle que la normale.

Symptômes

La cloque du pêcher s’attaque aux feuilles, aux jeunes pousses fragiles et, plus rarement, aux inflorescences et aux fruits. Les feuilles atteintes se distinguent par leur couleur plus rouge ou plus pâle que la normale. Elles prennent un aspect tordu et enroulé, s’épaississent et deviennent plus rigide, avec une apparence boursouflée. La maladie peut affecter seulement quelques feuilles, mais elle peut aussi gagner la presque totalité du feuillage. A la longue, la coloration rouge s’atténue. Une couche grisâtre ou poudreuse, faite de spores, se développe à la surface supérieure des feuilles. Progressivement, celles-ci deviennent brunes, se flétrissent et tombent de l'arbre à la fin juin ou au début juillet. Après la chute des feuilles, les bourgeons dormants se mettront à en faire d’autres. Quelquefois, les pousses terminales sont aussi atteintes : elles sont alors moins longues, ont une apparence boursouflée, prennent une couleur vert pâle ou jaune et ne produisent plus que des feuilles tordues.

Invasion fongique

Les spores du champignon (Taphrina deformans) sont produites sur les feuilles de pêcher infectées et se logent sur les rameaux, où elles demeurent pendant la durée de l'été, de l'automne et de l'hiver. Au printemps suivant, les spores pénètrent dans les bourgeons qui s'ouvrent. L'infection se produit principalement pendant une courte période, celle où les bourgeons foliaires sortent de leur dormance et commencent à gonfler puis à s'ouvrir. A mesure que les feuilles se développent, elles sont moins vulnérables à l'infection.

Facteurs favorisant la maladie

On a constaté que la cloque du pêcher est plus dévastatrice si le temps est froid et humide, quand les bourgeons foliaires sortent de leur dormance et commencent à s'ouvrir. Les températures comprises entre 10 et 15°C favorisent l'infection mais, à partir de 21°C, les feuilles se développent très rapidement et le champignon peut mourir même si l'infection s’est déjà propagée. Les fortes rosées, les pluies légères et les chaleurs précoces du printemps nuisent à la maladie.

Traitement

Pour une lutte efficace, effectuez un traitement préventif à la fin de l'automne, lorsque toutes les feuilles sont tombées, ou au début du printemps, avant l'ouverture des bourgeons. Pendant l'automne, ne pulvérisez qu'après la chute de toutes les feuilles, sinon vous risquez non seulement de brûler gravement les feuilles, mais aussi de ne pas recouvrir toutes les parties infectées. Les traitements effectués à la fin du printemps, après l’ouverture des bourgeons, ou pendant l'été, sont inefficaces. Certains arboriculteurs fruitiers ont remarqué que les pulvérisations ne suffisent pas toujours à enrayer la maladie. Ces échecs peuvent s'expliquer par trois raisons :

  • une application trop tardive du fongicide
  • une pulvérisation incomplète du fongicide
  • des conditions atmosphériques défavorables au moment de la pulvérisation

Informations additionnelles

Revue « Jardin romand », Marc-Henri Jan Imprimer l'article