Maladies au jardin : Le rouge du pin

Un jardin asiatique sans conifère ? Inimaginable. Mais ces arbres peuvent souffrir d’une maladie appelée « maladie rouge du pin » ou « rouge cryptogamique ». Elle est très répandue dans toutes les régions où se développent les pins à deux feuilles.

Ce champignon s’attaque principalement au pin des montagnes, au pin sylvestre et au pin noir. Après quelques années de maladie, les arbres atteints dépérissent.

Symptômes  

Ne confondez pas le rouge cryptogamique, qui est une maladie, avec le rouge physiologique, qui est provoqué par différents facteurs extérieurs comme les dégâts du gel, le vieillissement des aiguilles, la sécheresse, la chaleur etc. La différence est facile à faire : de nombreuses petites taches noires ponctuent les feuilles atteintes de la maladie, alors que les plantes ayant subi un accident physiologique n’en présenteront jamais.

La maladie rouge du pin
La maladie rouge du pin

Les problèmes commencent en général sur les branches basses. Durant la saison hivernale, un jaunissement des feuilles survient. Au printemps, l’apparition de petites taches noires ovoïdes à la surface du limbe trahit la présence de la maladie. L’année s’écoulant, les aiguilles commencent à sécher en prenant une teinte rougeâtre et tombent.

Cycle du parasite  

Lophodermium pinastri, c’est son nom, passe l’hiver sur les aiguilles qui jonchent le sol. Au début du printemps, de petites taches apparaissent sur les feuilles mortes, ce sont les organes de reproduction. Au printemps et en été, les spores se dispersent, surtout par temps humide et de pluie. Ces spores se déposent à proximité des feuilles saines et les contaminent, en pénétrant par les stomates des feuilles. Ayant trouvé sa place, le mycélium se développe ensuite à l’intérieur des aiguilles. Ces dernières rougissent, se détachent et tombent au sol, puis le cycle recommence.

Traitement de la maladie 

La lutte contre cette maladie est difficile. Comme pour beaucoup de problèmes, mieux vaut prévenir que guérir. Rassemblez donc les aiguilles tombées au sol et brûlez-les. L’utilisation d’un fongicide cuprique au printemps apportera une bonne protection supplémentaire. Sur une plante attaquée, un traitement toutes les trois semaines de juillet à septembre avec un fongicide de synthèse donne de bons résultats. Veillez à bien mouiller la totalité des aiguilles avec l’émulsion. Si l’un de vos arbres meurt, arrachez-le et brûlez-le sans attendre afin de protéger vos autres pins de cette maladie.

Informations additionnelles

Revue « Jardin romand », Marc-Henri Jan Imprimer l'article