Méthodes de multiplication des plantes

L'art de dédoubler : beaucoup de plantes peuvent se reproduire facilement. Sur le plan de la technique, on distingue la multiplication par semis et le bouturage.

L'art de dédoubler : beaucoup de plantes peuvent se reproduire facilement.
L'art de dédoubler : beaucoup de plantes peuvent se reproduire facilement.

(mb) L'obtention de plantules prend du temps, mais elle apporte beaucoup de satisfaction. En principe, toutes les espèces végétales peuvent se multiplier. Cela dit, en matière de reproduction, certaines espèces sont plus exigeantes que d’autres. Dans ce contexte, les facteurs tels que la lumière, la température et l’humidité jouent un rôle essentiel.

La multiplication par semis

  • Les graines contiennent tout le patrimoine d'information génétique des plantes. Pour germer, elles ont besoin d’un milieu spécifique à chaque espèce.
  • Il est conseillé de garder les semences au maximum une année dans un endroit frais et sec.
  • Les semis se font dans un terreau non fertilisé en vente dans le commerce spécialisé.
  • Les graines ont parfois besoin d’un coup de pouce pour germer. Selon l’espèce, on pratiquera une minuscule incision dans l’enveloppe de la graine avant de la mettre en terre ou on immergera les graines dans de l’eau pendant 24 heures.
  • Des coupes, des pots ou des terrines à semis conviennent comme contenant. Ces bacs facilitent la germination en régulant la chaleur et l’humidité de l’air.
  • Remplir le contenant de terreau jusqu’à environ 1 cm du rebord. Puis répartir les semences à la surface, les tasser légèrement, puis les recouvrir d’une fine couche de terreau dont l’épaisseur est la moitié du diamètre de la graine.
  • Après le semis, les germes méritent toute notre attention. Le terreau de semis doit être en permanence légèrement humide. Les plantules requièrent pour leur croissance une luminosité idéale et une température ambiante avoisinant 15 °C (même la nuit).
  • Certaines espèces peuvent être semées directement dans les plates-bandes. Les semis ont lieu le plus souvent au printemps dès que le sol s’est suffisamment échauffé. Semer les espèces annuelles en pleine terre à partir de la mi-mai, lorsque le risque de gel est beaucoup moins grand.

Le bouturage

  • On obtient des boutures à partir de la plante-mère. Généralement, on utilise l’extrémité d’une tige, mais on peut aussi se servir d’une feuille unique ou de fragments de racines.
  • La plante mère doit être saine, vigoureuse et dépourvue de ravageurs.
  • Le type de culture varie selon la bouture et la taille est d'autant plus importante. Le mieux est de se renseigner dans un magasin spécialisé sur les conditions de reproduction de chaque espèce.
  • On plonge la section de chaque bouture dans une poudre d'enracinement à base d'hormones avant de la mettre en terre.
  • Les boutures réclament des soins minutieux. L’humidité, la chaleur et la lumière font partie des besoins primaires des plantules.
  • La durée de l’enracinement varie en fonction des espèces. La menthe notamment développe des racines dès le cinquième jour alors que ce processus dure environ un an pour les bosquets.
  • Il est recommandé de ne transplanter ou de ne planter la bouture que lorsque deux premières feuilles se seront formées sur la tige ou que les racines seront bien visibles.

Autres méthodes de multiplication

  • Marcottage : cette technique s’applique aux buissons, arbres et plantes grimpantes. On couche une longue tige dans le sol et on creuse un trou peu profond. Ensuite, on supprime les feuilles de l'extrémité, on incise la tige et on place la partie incisée dans la tranchée. Enfin, on recouvre de terre pour stimuler l’enracinement.
  • Bouturage successif : on pratique plusieurs entailles dans une longue tige. On fixe les entailles dans le sol pour qu’elles prennent racine. Ces racines donnent naissance à plusieurs plantules. C’est une méthode idéale pour les plantes grimpantes ou les clématites.
Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article