L'ancienne piscine devient étang

De l'étang on voit la maison et le jardin d'une perspective proche de celle de la grenouille. Pourquoi ne pas transformer une vieille piscine en un étang naturel et attrayant où il fera bon se baigner ? Cet endroit deviendra – sans l'apport de produits chimiques et donc de manière «vivante» – un haut lieu où tous aimeront entretenir leur forme.

Le nouveau bassin invite à patauger et à nager.
Le nouveau bassin invite à patauger et à nager.

Alors que l'étang est un terme d'origine provençale, son homologue anglais, « pond » que d'aucuns préfèrent utiliser vient d'un terme latin désignant une ancienne unité de mesure de masse. On sortira frais, dispos et plein d'énergie du bassin nouvellement réalisé et dont la profondeur pourra aller jusqu'à 1,5 mètre. Un système prévoyant plusieurs filtres ainsi que de belles plantations sur les rives veilleront à une qualité constante de l'eau : propre et hygiénique, et, en plus, épicée du plaisir qu'offre la nature grâce à la présence d'animaux et de plantes. A la différence des étangs usuels, la zone de régénération est aménagée directement dans le secteur où l'on se baigne. L'étang forme une entité qui s'intègre plus étroitement dans le jardin et permet de modeler l'espace de manière harmonieuse.

Une piscine désaffectée

En aménageant le bassin pour qu'il se rapproche de la nature et s'inscrive dans le paysage, on transforme une ancienne piscine en un jardin aquatique moderne, plaisant qui invite à se rafraîchir en été et sert de havre de paix toute l'année. Il est possible d'aménager des étangs de natation de toutes tailles et les rives peuvent être aménagées à volonté. Les frais sont analogues à ceux d'une piscine et pour un bassin existant de 32 m², il faut compter environ CHF 70'000.– (transformation réalisée par un constructeur de jardins). Les frais d'entretien à venir sont toutefois nettement inférieurs à ceux qu'implique une piscine usuelle.

Un système complet

Après la planification et l'organisation, les travaux de creusement commencent. Il faut très souvent les faire exécuter par une aide extérieure (paysagiste) et des machines. Ensuite commencera la livraison des matériaux. Il faudra alors construire les fondations, bétonner le fond du bassin (chape de béton armé) tout en planifiant les raccordements pour l'eau et les filtres (compartiment pour les pompes, passage des tuyaux). Les propriétaires de piscine n'ont pas cette première partie des travaux à effectuer. Il leur suffit de nettoyer leur ancienne piscine, de surélever deux murs avec des parpaings qui serviront aussi à bâtir un compartiment supplémentaire (destiné au système de filtrage). La terre qui aura été retirée sera réutilisée pour l'aménagement ultérieur des berges. On remplira de terre l'espace derrière les murs de l'étang, on recouvrira de 10 cm de sable le sol de l'étang (pour protéger la bâche), et les rives seront nivelées au gré des propriétaires de l'étang. L'espace incurvé destiné au trop-plein sera formé en abaissant le terrain et par capillarité. On clouera des poutres en bois sur les arêtes du bassin et on fixera le bord de l'étang en polyester. On aplanit le secteur qui sera rempli d'eau.

Raffinements

Il faut vérifier à présent que le bassin est étanche. Si l'essai est probant, on procèdera à la pose des conduites et des caisses en bois de bouleau ainsi que des projecteurs. Il sera alors possible de connecter le système de filtres. Pour la maintenance des filtres, on pourra déplacer les éléments montés sur roulettes. On laissera libre cours à sa créativité en remplissant de graviers. Les plantes pourront être installées dans le gravier selon un plan préalablement défini ou au gré de l'humeur. Les espèces qui sont recommandées sont entre autres : les salicaires (lythrum salicaria), les iris à feuille d'acore ou de Corée (iris pseudacorus, iris laevigata), les diamants d'eau (myriophyllum aquaticum), le flûteau commun (alisma plantagoaquatica), les mimules jaunes (mimulus luteus), les myosotis des marais (myosotis palustris), les populages des marais (caltha palustris), les massettes de Laxmann ou naines (typha laxmannii, typha minima), divers nénuphars (nymphaea) et des sagittaires (sagittaria sagittifolia). Il ne restera plus qu'à entretenir l'étang, à retirer à l'occasion les feuilles (du printemps à l'automne) ainsi qu'à tailler les plantes aquatiques. L'été, il faudra également passer l'aspirateur dans le secteur où l'on se baigne et nettoyer les filtres.

Informations additionnelles

Revue « Schweizer Garten » Imprimer l'article