Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Choisir les plantes pour orner un étang

Dans la nature, le niveau de l'eau change souvent en fonction des pluies, de la fonte des neiges ou suite à une période de sécheresse. Et pourtant, le bassin est certainement l'un des endroits les plus vivants d'un jardin.

La grande majorité des plantes dites de marais se répartissent en trois catégories.
La grande majorité des plantes dites de marais se répartissent en trois catégories.

Dans un jardin, le bassin est souvent petit. Si l'on veut que des poissons survivent aux passages des hérons, il y a lieu de prévoir un abri au fond de l'eau qui sera souvent formé de quatre plots en ciment et d'une dalle posée par-dessus. Cet abri est indispensable, même sans prédateur. Une profondeur de bassin d'au moins 60 cm permet de conserver la fraîcheur naturelle du fond de l'eau et d'avoir une place exempte de gel en hiver.

Classification des plantes marécageuses

Beaucoup de plantes dites de marais proviennent du fond de vallons montagnards inondés à la fonte des neiges et dont le sol est aride en été. C’est ce qui explique que des plantes « de marais » souffrent d’un excédent d’eau sur la moyenne annuelle. Elles peuvent même en mourir. Le nénuphar est une plante de bassin particulièrement appréciée ; il faut cependant savoir que celui-ci a besoin d’un mètre carré de surface d’eau par plante et d’une profondeur moyenne d’eau de 60 à 80 cm.

La grande majorité des plantes dites de marais se répartissent en trois catégories, soit:

  1. Les véritables plantes de marais, poussant bien juste en dessus de la surface de l’eau.
  2. Les plantes aquatiques, de préférence à une profondeur d’eau de 0 à 20 cm.
  3. Les plantes aquatiques profondes, nécessitant de grandes profondeurs (plus de 40 cm).

Principes de base

Lotus
Lotus

Pour les plantes de marais, on mettra de la terre un peu plus haute que le niveau de l’eau et on créera une retenue afin que la terre ne coule pas dans le reste du bassin. Pour les plantes aquatiques, c’est le même principe mais l’eau doit être plus profonde. Ces travaux de préparation devraient de préférence avoir lieu avant la mise en eau. Récupérer l’eau de pluie, notamment du toit de la maison, devient indispensable afin de ne pas alourdir inutilement la facture d’eau. Si vous souhaitez voir quelques poissons, il est indispensable d’attendre que l’eau se soit « posée » : les sables et autres particules obstruent les branchies et peuvent même conduire à la mort de vos hôtes. Si le bassin est « rempli d’eau » et que vous ajoutez une plante, introduisez le pot très lentement et en le penchant afin que l’eau remplace progressivement l’air. Pour éviter la coloration de l’eau par la terre, vous pouvez surfacer avec du gravier concassé.

Plantes de marais

Iris ensata du Japon (Iris ensata)
Iris ensata du Japon (Iris ensata)

Dans la catégorie des plantes de marais, on trouve les linaigrettes avec leurs fleurs en boules de coton, les primevères rosea au début du printemps, les primevères à étages plus tard et la spectaculaire primevère vialii qui exige un sol acide et la mi-ombre. Citons aussi la lychnide fleur de coucou, les benoîtes, les gentianes pneumonanthe et le pinguicula. Vous aurez le choix parmi beaucoup d'iris, dont celui du Japon, de Sibérie, laevigata, chrysographes ou versicolor. Ces iris sont souvent mis sous l'eau et en souffrent. La petite lysimaque nummularia (herbe aux écus) pousse entre les pierres ; ses feuilles sont vertes, dorées ou panachées. N'oublions pas les carex, graminées aux multiples variétés qui ne doivent pas toutes être considérées comme de la mauvaise herbe. Une plante un peu particulière : le peltiphyllum qui fleurit avant la sortie des feuilles sur des rhizomes épais puis produit un feuillage imposant. Dans la famille des liliacées et orchidées, quelques jolies plantes vous attendent comme les tricyrtis et le dactylorhiza majalis, orchidée à fleurs pourpres appréciant un sol légèrement acide.

Plantes aquatiques

Massettes
Massettes

L’acore calame a une fleur insignifiante, mais la variété panachée est superbe. Essayez le plantain d’eau (alisma) dont la hampe florale peut être utilisée en bouquets secs. Le butome présente une magnifique ombelle rose qui suscitera l’admiration. Mentionnons encore le glyceria graminée panachée, l’Iris pseudoacorus ou fleur de glais, le trèfle d’eau qui fera de longues « rames » filant vers l’intérieur du bassin, le phalaris ou ruban de bergère, les sagittaires avec leurs feuilles en queue de pie et même des fougères comme le thelipteria palustris. On trouve aussi des plantes assez envahissantes. Si l’hippuris (sapin d’eau) est encore modéré, la bérule, l’hydrocotyle, la lysimaque thirsiflora et la renoncule lingua auront vite fait de tout envahir. La massette (typha) fait des stolons redoutables qui peuvent même percer le plastique du bassin. Terminons avec deux magnifiques toxiques : le solanum dulcamara, avec ses fleurs violettes et ses baies rouges, et la gratiole aux superbes fleurs blanches ou légèrement rosées, très toxique, qui supporte une petite salinité.

Plantes aquatiques profondes

Le jardinier amateur utilise moins couramment les plantes de cette catégorie, car le volume d'eau demandé, tant en surface qu'en profondeur, est imposant. Le nuphar lutea (80-150 cm de profondeur) a de jolies petites fleurs jaunes. Les trapa natans sont des plantes pionnières supportant 2 m de fond. La petite renoncule aquatilis supporte, elle, environ 1 m de fond, tandis que le typha angustifolia descendra jusqu'à 1 m de profondeur. En outre, des plantes flottantes peuvent s'épanouir, comme le strathiotes aloïdes, sorte de tête d'ananas qui monte en surface dès que l'eau est tempérée et coule au fond lorsque la température redescend. Nous serons plus circonspects avec l'elodea canadensis et le ceratophillum demersum qui, s'ils sont connus pour oxygéner l'eau, finissent toujours par tout étouffer tant ils sont envahissants.

Informations additionnelles

istockphoto, ImagePoint Imprimer l'article