Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Bonsaï

L'origine de cette manière particulière de cultiver des arbres nains se situe en Chine. Même si certains d'entre nous considèrent avec méfiance cette pratique qui peut sembler cruelle et peu naturelle, aux yeux de la culture extrême-orientale le bonsaï est un art cultivé avec amour qui possède un caractère spirituel.

Bonsaï
Bonsaï

Les Chinois furent les premiers à cultiver des plantes en pots, ce qui est, du reste, à l'origine du mot bonsaï. Le mot oriental est en effet composé de deux idéogrammes signifiant « arbre » (bon) et « pot » (saï). A l'origine, les Chinois prélevaient dans la nature des arbres naturellement nanifiés par les conditions atmosphériques. Ils les plantaient ensuite dans des poteries très colorées. Parallèlement, ils développèrent la technique du « pun sa ï », qui correspond non plus à un petit paysage, mais à un arbre unique dans un pot. On trouve des preuves archéologiques de la culture des bonsaïs à partir du VIe siècle après J.-C., mais cette tradition remonte sans doute à beaucoup plus loin.

De la Chine au Japon

Si, au départ les bonsaïs n'avaient qu'une finalité décorative et étaient réservés à la noblesse, les moines bouddhistes leur ont peu à peu attribué des qualités spirituelles : leur contemplation servait d'exercice de méditation et les moines y voyaient un médium reliant l'homme à la nature, ainsi qu'un symbole d'éternité. Il n'est donc pas étonnant que les premiers spécimens de bonsaïs japonais aient été introduits par des moines bouddhistes.

Bonsaï
Bonsaï

Les premières traces attestant de bonsaïs au Japon datent de l'an 800 après J.-C. Plus tard, les voyages se multipliant favorisèrent l'implantation de cet art dans les milieux religieux et nobles japonais, qui l'affinèrent en améliorant les techniques afin d'obtenir des arbres toujours plus petits. C'est donc bel et bien la forme japonaise du bonsaï que nous connaissons aujourd'hui. C’est également au Japon que l'art du bonsaï a commencé peu à peu à se démocratiser. Sous l'effet de cette démocratisation, diverses écoles se sont créées et les bonsaïs ont pris peu à peu des formes de plus en plus complexes.

Vers l'Occident

Bonsaï
Bonsaï

Le bonsaï fait son apparition en Europe à l'occasion de la troisième exposition universelle de Paris en 1878. L'enthousiasme du public devant ces curieux arbres nains est mitigé, les Européens s'avérant incapables de comprendre leur dimension spirituelle. La véritable implantation du bonsaï en Occident ne s'est faite qu'après la Seconde Guerre mondiale, avec un phénomène d'importation massive vers l'Amérique du Nord.

Bonsaï
Bonsaï

Paradoxalement, c'est une mode venue des Etats-Unis qui permit à cet art oriental de s'imposer en Europe.

Malheureusement, ce qui s'est imposé en Occident est une forme d'art dépourvue de sa valeur symbolique qui a transformé le bonsaï en un bien de consommation comme tous les autres. L'immense majorité des exemplaires vendus dans nos régions sont voués à une mort rapide, et c'est sans doute ce qui produit la répugnance de certains à voir ces arbres sacrifiés à la mentalité de consommation occidentale.

Bonsaï
Bonsaï

C'est oublier que, selon la tradition, le bonsaï est transmis de génération en génération durant plusieurs siècles, et que seuls des soins extrêmement pointus rendent possible une telle longévité. Quant à l'accusation de torture, c'est oublier un peu vite que la manière dont nous traitons nos arbres de jardin laisse parfois fort à désirer.

Informations additionnelles

ImagePoint (foto-zimmerli, Oliver J. Graf (Augsburg)) Imprimer l'article