Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Entretien correct de Calluna

Calluna
Calluna

Annonciatrice de l'automne

Les bruyères (Calluna) font leur entrée en scène lorsque les fleurs d'été sont fanées et que l'année pour le jardinier touche à sa fin. Elles se préparent alors à nous accompagner jusqu'à l'hiver de leurs couleurs lumineuses et automnales. Indépendantes et indomptables, ébouriffées comme si le vent d'automne venait juste de les bousculer, elles dressent leurs rameaux rouges vers le ciel. Avec leur aspect légèrement sauvage, ces arbustes nains font penser à des balais. D'ailleurs, le mot grec « kallyno », d'où provient le nom générique des bruyères « Calluna », signifie « je balaie ». Les landes et marais du Nord de l'Europe et d'Europe centrale sont l'habitat naturel de la bruyère commune Calluna vulgaris, aujourd'hui mère de plus de 1000 espèces. Dans la lande de Lunebourg, par exemple, c'est la bruyère commune qui, en septembre, transforme les vastes étendues en « coussins » flamboyants de camaïeux de rouge, de pourpre et de rose.

Un hôte facile à contenter

Grâce à ses couleurs intenses, la bruyère est un hôte que l'on accueille volontiers sur les balcons et les terrasses. Disposée en solitaire dans de grands pots, des suspensions ou des terrines, elle offre un spectacle charmant. Elle ne manque pas non plus de charme dans des arrangements où il est possible de l'associer à d'autres de couleurs différentes, des graminées, des plantes au feuillage persistant ou des choux d’ornement. Les bruyères apprécient une petite place ensoleillée dans une terre acide, dite terre de bruyère (pH de 4,5), un arrosage suffisant, mais en évitant l'eau stagnante. Pour qu'elles restent compactes et opulentes et fleurissent, selon les espèces, d'août à décembre, il est bon de les tailler au printemps.

Les bruyères ne sont pas sensibles au froid et supportent une température pouvant aller jusqu'à -10 °C, de sorte qu'elles sont indifférentes aux premiers gels. Elles conservent longtemps leurs couleurs même par temps maussade, à la fois humide et froid. Surtout lorsqu’il s'agit de bruyères aux bourgeons fermés. Les fleurs en effet n'éclosent pas de sorte qu'il est impossible aux abeilles et autres insectes de les féconder.

De grands succès pour le jardinier!

C'est sous la marque « Gardengirls » que sont proposées dans le commerce spécialisé et dans les jardineries des bruyères particulièrement résistantes et qui conservent leur fraîcheur jusque fort avant dans l'hiver. Elles proviennent des cultures de Kurt Kramer à Edewecht (près d'Oldenburg en Allemagne) qui a créé des hybrides d'une sorte appelée Siebenbürgenheide. Cet horticulteur se consacre aux bruyères depuis 1974 et il a largement contribué à l'engouement qu'elles connaissent actuellement. L'assortiment Gardengirls comprend une vaste gamme de coloris, allant de nombreuses nuances de rose, divers coloris de rouge et de pink jusqu'à un blanc étincelant en passant par le bleu ciel et le jaune. Des plantes bicolores sont même proposées. L'une d'elles a pour nom «Theresa». Elle a des fleurs saumon et un feuillage jaune. L'automne dernier, fort logiquement, Kurt Kramer a fait parrainer les toutes dernières espèces de Gardengirls, «Athene» d'un pink lumineux et «Helena» à la blancheur immaculée, par la chanteuse grecque de variétés Vicky Leandros.

En bonne compagnie

Les bruyères permettent de réaliser des décors pleins de fantaisie pour les intérieurs et pour l'extérieur. Des plants de petite taille dans des petits pots drapés de papier de soie ou noués d'une faveur sont une décoration de table à la fois gaie et festive qui ne le cède en rien à un bouquet de fleurs. Même sèches, les bruyères conservent leur couleur et c'est pourquoi on les utilise volontiers pour réaliser des compositions florales d'automne. Leurs fleurs abondantes recouvrent richement les rameaux dont les pointes et la partie inférieure sont parées d'un feuillage d'une finesse de filigrane vert tendre ou allant même jusqu'au vert sombre : avec ses riches nuances, cet effet de profondeur et ses volumes, la bruyère est volontiers utilisée pour composer des couronnes avec, par exemple, des petites branches de buis, de thuya ou de houx.

En fleurs coupées dans des terrines, des vases en verre, des corbeilles ou des assiettes, les bruyères s'associent à tout ce que nous offre la saison des récoltes : noix et châtaignes, aulx et oignons, pommes et amours en cage. En les combinant avec des rameaux de cynorrhodons et des pommes d'ornement, des branches d'argousier et des chardons, du lierre et de la vigne vierge, on peut créer des bouquets captivants qui durent longtemps. En disposant tout près des petits épis de maïs séchés et des courges décoratives, de la mousse et des écorces, c'est toute la magie de l'automne qui se déploie autour de la bruyère.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article