Hépathiques

Les hépatiques fleurissent en bleu, blanc et rose ou se présentent même avec des fleurs pleines. Au Japon, on paie des sommes exorbitantes pour obtenir des formes et des couleurs particulières.

Hépathiques
Hépathiques

Les hépatiques aiment la compagnie. Avec les violettes, les primevères et d'autres plantes vivaces précoces, elles forment, au printemps, un tapis de fleurs plaisant sous les arbres. A l'état sauvage, dans les forêts de feuillus, elles brillent comme des lumières bleues à travers les feuilles brunes. L'hepatica nobilis est indigène et fait partie de la famille des Renonculacées. Les lève-tôt égayent les sous-bois déjà en mars et en avril, avant même de développer des feuilles. Il existe six espèces que l'on trouve en Europe et en Asie de l'est.

Six, sept ou neuf ?

Lors de l'éclosion, les fleurs, portées par un pétiole de 5 à 10 cm, ont un diamètre de 2 à 3 cm et sont, la plupart du temps, d'un bleu-mauve profond, sauf quand elles fanent : elles sont alors plutôt bleu-clair. La longueur des pétales double pendant la période de floraison de huit jours. Les fleurs possèdent 6, 7 ou même 9 pétales. Comme à l'état sauvage, les hépatiques apprécient aussi dans le jardin une place mi-ombragée et un sol riche en calcaire. Si vous voulez leur faire plaisir, offrez-leur un humus meuble et fibreux issu d'une forêt de hêtres que vous mélangerez à la couche supérieure du sol. Il est important de veiller à ce que les hépatiques ne souffrent pas de sécheresse en été. Sous les arbres qui perdent beaucoup d'eau par évaporation, le sol est souvent très sec.

Hépatique
Hépatique

La manie des hépatiques

Au Japon, il existe des catalogues de 250 pages uniquement consacrés aux hépatiques. Là-bas, on débourse des milliers de francs pour acquérir des formes et des couleurs particulières. Il en existe des espèces d'un rouge vif et jaune, des bicolores, des espèces à pétales présentant des points ou de fines nervures ainsi que des combinaisons extravagantes de couleurs comme le vert associé au violet ou encore le vert au bleu-clair. Les pétales sont classés en neuf catégories : font p. ex. partie des « Hyoujunka » les fleurs simples avec pistil et étamines. Dans la catégorie des « Nidan-Zaki », les étamines forment une couronne composée de pétaloïdes droits, colorés, disposés autour de l'ovaire normalement développé à la même hauteur ou à des hauteurs différentes. La fleur « aux mille couches » appartient à la catégorie « Senju-Zaki ». Ces espèces à fleurs pleines sont très précieuses et fleurissent souvent dans des coloris différents.

Informations additionnelles

ImagePoint (Ariane Ballaman, ABAdesign.ch, Rainer Hunold) Imprimer l'article