Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Néophytes : les nouveaux venus dans nos jardins

Les néophytes sont des plantes exotiques qui se sont acclimatées dans nos contrées. Il arrive que certaines espèces envahissantes prolifèrent avec une telle force qu'elles supplantent la flore indigène et nuisent à la santé humaine et animale.

Originaires de l’ouest de l’Amérique du Nord, les mahonias sont présentés en Europe comme arbustes d’ornement surtout.
Originaires de l'ouest de l'Amérique du Nord, les mahonias sont présentés en Europe comme arbustes d'ornement surtout.

De nombreux néophytes s'intègrent sans mal dans notre flore indigène, quitte à disparaître à nouveau sans intervention aucune. La majorité des espèces non indigènes ont été récoltées aux quatre coins du globe dans le but d'être cultivées chez nous comme plantes d'ornement dans des espaces verts aménagés ou dans des jardins botaniques. Les autres se sont retrouvées chez nous à notre insu, par le biais des transports longues distances et du commerce international.

Pas d'ennemis naturels

On recense en Suisse quelque 550 espèces de plantes non indigènes. Celles qui posent le plus de problèmes se divisent en trois catégories:

  • L'ordonnance sur la dissémination promulguée par la Confédération proscrit la culture et le commerce de 16 néophytes.
  • 24 plantes néophytes sont envahissantes. Plus précisément, en l'absence d'ennemis naturels, elles se multiplient fortement par drageonnement ou par des semences dans des emplacements favorables et disputent l'espace aux plantes indigènes. Les plantes néophytes sont sur une liste noire car comme elles nuisent à la biodiversité, à la santé et à l'économie, leur prolifération doit être jugulée.
  • 20 néophytes figurent dans ce qu'on appelle la liste d'observation. En ce qui les concerne, il convient d'en surveiller le peuplement et, le cas échéant, de les endiguer.
Verge d'or
Verge d'or

Les prolifiques

En voici quelques exemples : la verge d'or américaine (solidago gigantea) et la verge d'or canadienne (s. canadensis) sont des pionnières qui ont une faculté d'adaptation extraordinaire. Elles ont une prédilection pour les surfaces rudérales sans végétation, les chantiers ou friches industrielles par exemple, où elles s'opposent à la germination d'autres espèces de plantes en les privant de lumière ou en concurrençant l'enracinement.

Impatiente
Impatiente

La renouée du Japon (fallopia japonica) compte parmi les plantes les plus préoccupantes en Suisse. Elle forme rapidement d'importantes populations contre lesquelles il n'existe pratiquement que l'arme chimique pour les combattre. Ses stolons souterrains peuvent atteindre une longueur de 20 m. Il suffit déjà d'un fragment de rhizome pour constituer un nouveau peuplement. Dite aussi impatiente glanduleuse (impatiens glandulifera), elle prolifère sur les berges et dans les forêts alluviales. Chaque individu produit plus de 4000 graines. Une fois mûrs, les fruits éclatent au moindre contact et éjectent les graines jusqu'à 7 m.

Berce géante
Berce géante

Parmi les néophytes, il en existe aussi qui représentent un danger pour notre santé, comme la berce géante (heracleum mantegazzianum) ou l'ambroisie (ambrosia artemisiifolia). Lorsqu'on la touche, la berce secrète de la sève qui provoque des brûlures au soleil. Quant à l'ambroisie, son importante production de pollen peut déclencher des allergies.

 

Salicaire
Salicaire

Les néophytes suisses

On peut toutefois avoir aussi des plantes originaires de Suisse qui développent un comportement invasif dans d'autres pays. C'est ainsi que la salicaire (lythrum salicaria), très populaire dans nos contrées, cause bien des soucis aux Etats-Unis et en Australie, où elle se propage massivement dans les zones humides, avec pour conséquence d'importantes pertes de rendement dans l'agriculture. La lutte contre la salicaire génère des coûts considérables. Dans plus de 20 pays, le millepertuis véritable (hypericum perforatum) est lui aussi envahissant parce qu'il se répand au détriment de la végétation indigène. Chez nous par contre, le millepertuis est une plante prisée pour son action médicinale.

Informations additionnelles

Revue «Schweizer Garten» (Erwin Jörg, Josef Kleinhenz, Kaspar Heissel, Livia Hofer) Imprimer l'article