Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Prendre soin de ses orchidées

Les orchidées comptent parmi les plantes d'ornement les plus appréciées. De nombreuses espèces sont des plantes d'appartement idéales, faciles à cultiver et robustes.

Aucune autre famille de plantes n'est aussi largement répandue que celle des orchidées
Aucune autre famille de plantes n'est aussi largement répandue que celle des orchidées.

(ves) Aucune autre famille de plantes n'est aussi largement répandue que celle des orchidées : on les trouve dans presque tous les espaces vitaux écologiques disponibles. Ainsi, le nombre des espèces naturelles est d'environ 30'000 – et si on ajoute les hybrides, le nombre des espèces d'orchidées avoisine les 110'000.

La plupart des orchidées indigènes provenant des zones tempérées et des steppes sèches ont une vie terrestre et sont donc enracinées dans le sol. Sous les tropiques, où la concurrence entre les plantes est plus rude, un grand nombre d'orchidées pousse sous forme de plantes parasites – dites épiphytes – sur les troncs et les branches d'arbres et d'arbustes. Là où les conditions naturelles sont particulièrement arides, les orchidées vivent aussi sous forme de lithophytes – c'est-à-dire qu'elles poussent sur des pierres. La taille des orchidées varie entre quelques millimètres et plusieurs mètres.

Emplacement

La plupart des espèces d'orchidées n'apprécient pas l'ensoleillement direct, mais nécessitent néanmoins un emplacement clair. Un rebord de fenêtre dirigé vers l'est, l'ouest ou le nord convient donc lorsque la lumière est suffisante. Si la clarté est insuffisante, on peut y remédier au moyen d'une lampe pour plantes.

Seules quelques orchidées supportent des températures au-dessous de zéro et dépassant 35 °C. On distingue trois zones de température :

  • Les orchidées poussant au frais : en hiver, au moins 4 à 6 °C, en été, au maximum 25 °C.

  • Les orchidées poussant à températures modérées : en hiver, au moins 10 à 12 °C, en été, au maximum 30 °C.

  • Les orchidées poussant au chaud : en hiver, au moins 16 à 18 °C, en été, au maximum 35 °C.

Culture en serre

Une serre offre des conditions de culture idéales aux espèces d'orchidées plus sensibles : en hiver, protection contre le gel et les basses températures, en été contre les températures trop élevées. La situation et l'orientation d’une serre dépendent des orchidées qu'elle doit abriter. Si l'on souhaite aménager une serre pour orchidées avec chauffage, ventilateurs d'aération et système de brumisation, mieux vaut se faire conseiller par un éleveur d'orchidées professionnel.

Culture en pots

Pour les orchidées en pot, on emploie le plus souvent des pots bas en matière plastique : le diamètre est supérieur à la hauteur, et par conséquent, il n'est plus nécessaire de placer une couche de drainage. Les pots en plastique normaux conviennent également bien pour de nombreuses espèces d'orchidées qui développent un vaste système de racines. Dans ce cas, on place une couche de gravier grossier au fond du pot pour améliorer le drainage. Dans le choix des pots, l'important est que ceux-ci soient stables et que leur fond comporte de nombreux trous d'écoulement.

Substrat

Il existe différents substrats qui sont employés dans la culture des orchidées. L'écorce de pin figure parmi les préférés et convient à la plupart des espèces d'orchidées. Le charbon de bois augmente la perméabilité à l'eau d'un substrat ; il est par conséquent utile de l'ajouter au substrat à raison de 20 % au maximum. Le sable grossier ainsi que le gravier de rivière et le gravier quartzeux contribuent également à l'amélioration du drainage.

 

Arroser et fertiliser les orchidées

On arrosera de préférence les orchidées de façon à ce que l'eau d'arrosage s'écoule des perforations des pots. Attention : la plupart des espèces réagissent par une pourriture des racines si l'eau stagne dans le dessous-de-pot. C'est pourquoi il est important de jeter l'eau d'arrosage superflue. Pendant la croissance, il convient d'arroser et de fertiliser plus souvent. De nombreuses orchidées font une pause, pendant laquelle il ne faut arroser que rarement. Les orchidées attachées nécessitent une humidité plus élevée de l'air et doivent être plus souvent arrosées ou vaporisées que des plantes en pot.

Tailler les orchidées

La taille des orchidées est un sujet qui n'est pas tout simple. L'orchidée étant une plante sensible, la taille doit être parcimonieuse et ne s'opérer que lorsque la plante ne se porte pas bien.

La taille supprime en principe uniquement les parties malades ou dépéries. Il n'est pas nécessaire d'utiliser des ciseaux ou un couteau pour enlever des feuilles fanées. Elles tombent en général toutes seules ou s'ôtent avec les doigts. Il n'y a pas de soucis à se faire car même une orchidée saine peut perdre une feuille ou l'autre. Les parties vertes et saines ne devraient pas être taillées.

Si une taille s'impose quand-même pour une raison ou une autre, utiliser des ciseaux ou un couteau bien affûtés et désinfectés. Pour désinfecter, on utilisera un briquet ou de l'eau bouillante. Avec des outils affûtés, la taille ne s'opère pas par écrasement car c'est ainsi que les maladies peuvent se propager.

Lorsque toutefois les fleurs de l'orchidée viennent à tomber, les tiges peuvent être coupées au-dessus du troisième oeil (bourgeon). Cette opération incite la plante à former de nouvelles fleurs.

Multiplier des orchidées

Multiplication par rejets

Au-dessus des feuilles ou des hampes florales des orchidées poussent parfois des rejets dits keikis. Ceux-ci se forment plus précisément par exemple à partir de nouvelles feuilles ou de pousses bulbeuses. Avant de sectionner un rejet, les racines aériennes du keiki doivent être bien développées. Il faut choisir deux feuilles et des racines aériennes qui font plusieurs centimètres de longueur. Le prélèvement s'opère avec un couteau préalablement désinfecté.

Les rejets sont repiqués dans un pot avec du terreau pour orchidées. Pour leur développement, ces rejets nécessitent une hygrométrie élevée et un emplacement bien éclairé. Durant leur croissance, les jeunes pousses ont besoin d'être régulièrement vaporisées à l'eau.

Multiplication par division

La division comme méthode de multiplication ne réussit pas avec toutes les variétés d'orchidées. Cela ne fonctionne qu'avec les sortes qui présentent des pousses épaisses qui sont dites bulbes. Pour leur division, ces orchidées devraient avoir deux ou trois ans, en sachant que le moment idéal se situe en début de leur phase de croissance. Concrètement, il convient d'extraire la plante de son pot et de choisir les parties à couper. Pour ce faire on utilise un couteau avec lequel on tranche la motte de racines vers le bas. Les parties ainsi obtenues sont repiquées dans des pots propres avec du terreau pour orchidées.

Multiplication par bouturage

Certaines espèces d'orchidées se prêtent bien à une multiplication par bouturage. Dans la partie supérieure des espèces grimpantes se forment souvent des racines aériennes. Sur ces racines on peut appliquer de la mousse pour en favoriser la croissance. Celle-ci est d'autant plus forte lorsque la mousse est régulièrement vaporisée à l'eau. Dès que les racines ont poussé de plusieurs centimètres, la bouture est coupée et repiquée.

Multiplication par semis

Pour semer des orchidées avec des graines, il faut s'armer d'un peu de patience. Selon l'espèce d'orchidée, il arrive qu'il faille attendre jusqu'à 10 ans avant la première floraison. Le semis est tout indiqué dès lors que l'on désire cultiver une nouvelle variété. Etant donné que les graines d'orchidées nécessitent des conditions particulières pour leur germination – elles vivent en effet en symbiose avec des champignons spéciaux – il convient de confier le semis à un professionnel.

Maladies et parasites des orchidées

Coup de soleil

Le coup de soleil compte parmi les maladies les plus fréquentes. Sur le dessus des feuilles et aux tiges apparaissent alors des taches brunes ou des cloques dues à un trop fort ensoleillement. Le remède consiste à trouver un emplacement qui ne soit pas exposé directement au soleil.

Attaque fongique

Se manifeste par des taches noires et brunes aux feuilles et aux tiges. L'infection fongique est favorisée par une hygrométrie élevée et un arrosage surabondant. A l'aide d'un outil préalablement désinfecté, couper précautionneusement les feuilles touchées et réduire l'humidité.

Virus

Les maladies virales se manifestent par des fleurs et feuilles déformées et autres déformations. Il n'existe pas de remède contre ce type de maladie. Les orchidées qui en sont atteintes devraient être détruites.

Pucerons

Les pucerons sont de petits insectes qui adhèrent aux feuilles, tiges et fleurs dont elles sucent la sève, ce qui leur est nuisible. A condition de les identifier à temps, il suffit de les enlever par un jet d'eau ou tout simplement en les essuyant.

Cochenilles

Les cochenilles aussi sont nuisibles pour les orchidées. Ces parasites prolifèrent rapidement: ils sucent la sève des nervures des feuilles tout en secrétant une substance qui affaiblit l'orchidée. On sait en outre que les cochenilles transmettent des virus. Les cochenilles s'enlèvent avec une éponge ou en les essuyant avec une lingette douce.

Acariens

Des taches jaunes ou brunes sur les feuilles et de fines toiles sur leur revers sont un signe de la présence d'acariens. Même si on les distingue à peine à l'oeil nu, les acariens affectent les orchidées dans leur substance même. Pour les combattre, essuyer les feuilles délicatement et sur toute leur surface, et accroître temporairement l'hygrométrie.

Comment soigner ses orchidées   

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article