Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Réaliser soi-même des aides à la nidification pour insectes

Devenez propriétaire d'un hôtel pour insectes et pratiquez la protection de la nature directement près de votre maison.

Des possibilités de dortoirs ou de quartier d'hiver sont toujours demandées pour les petits insectes.
Des possibilités de dortoirs ou de quartier d'hiver sont toujours demandées pour les petits insectes.

(mm) Cela bourdonne, murmure et fourmille de moins en moins dans nos prés. Les abeilles, bourdons, perce-oreilles et autres insectes utiles ont beaucoup à lutter contre les bulldozers, les motoculteurs et les produits toxiques. Ces bestioles ont pourtant une grande importance. Saviez-vous, par exemple, qu'au cours de sa vie, une seule coccinelle peut ingurgiter plusieurs milliers de pucerons et que les services de pollinisation par les abeilles et les bourdons sont indispensables à l'agriculture et aux jardins ?

Pourquoi alors n'apporterions-nous pas notre contribution à la protection de la nature et de la faune ? Des possibilités de dortoirs ou de quartier d'hiver sont toujours demandées pour les petits insectes. Si vous ne désirez pas recourir à un hôtel pour insectes du commerce spécialisé, mettez-vous donc vous-même à la tâche. Il suffit parfois d'un pot à fleurs, de quelques ustensiles de cuisine et d'une petite place sur le balcon. Le logis optimal pour l'une ou l'autre bestiole vous est présenté dans les exemples qui suivent. Il existe bien sûr encore de nombreux autres insectes utiles et d'autres variantes de nichoirs.

Abeilles sauvages (osmia)

La plupart des abeilles sauvages ne sont pas de mœurs grégaires et vivent en solitaires. Un nichoir pour abeilles sauvages ne nécessite donc que peu de place. Des tranches de troncs d'arbre secs ou des plots de bois de la taille d'une brique peuvent constituer une base adéquate. Percez alors, dans toute la longueur de la mèche, des trous parallèles de différents diamètres allant, si possible, de 2 à 10 mm. Les espaces entre les trous doivent comporter au moins 2 cm.

Comme emplacement, on choisira un endroit ensoleillé et abrité sous le surplomb d'un balcon ou d'une terrasse, sur des arbres, des murs ou des endroits similaires avec les entrées exposées au sud-est. Les logements des pollinisateurs doivent être bien fixés, non recouverts et disponibles dès début mars au plus tard. Le nettoyage n'est pas recommandé, car il pourrait tuer les abeilles en hibernation. Ce travail est d'ailleurs exécuté par les occupants eux-mêmes.

Bourdons

Les placides bourdons nichent aussi bien sous terre qu'en plein air. Un nichoir pour oiseaux dont l'ouverture a été réduite peut, par exemple, constituer une solution simple. L'intérieur de la boîte peut alors être garni d’un peu de litière pour petits animaux ou de paille de bois. De la mousse ou de la laine de rembourrage seront ensuite utilisées comme litière. Vous pourrez faire un plaisir particulier à vos hôtes ailés avec un matériau de niche spécial à odeur de souris que vous trouverez dans les commerces de mini zoo.

Un endroit ensoleillé, à l'abri de la pluie et du vent, à proximité du sol, sur un balcon ou une terrasse, avec l'entrée exposée à l'est, constitue une place idéale. En hiver, il y a lieu de nettoyer à fond le logis des bourdons et de remplacer les litières intérieures afin que de nouveaux habitants puissent s'y installer en début de mars.

Lion des pucerons (chrysopidae)

Ces frêles insectes aux brillants yeux dorés et aux ailes translucides exigent un habitat protégé à partir de la mi-septembre jusqu'au printemps. Que préfère le lion des pucerons ? Un habitacle en bois ou en aggloméré aux dimensions, par exemple, de 30 x 30 x 30 cm. Cet habitacle est à remplir de paille de blé ventilée et à doter, à l'avant, de lattes à tuiles clouées en biais pour constituer des fentes d'entrée. Si en plus vous recouvrez le tout d'un verni rougeâtre, vous attirerez à coup sûr ces inlassables dévoreurs de parasites.

Il est recommandé de fixer cette construction à lamelles sur un arbre fruitier ou un mur, à une hauteur de un mètre et demi à deux mètres, face opposée au vent. La paille placée dans la boîte ne doit pas être remplacée par la suite.

Coccinelles

Qui peut dire d'emblée que le bonheur habite son jardin ? En hébergeant des coccinelles, vous réussirez à coup sûr à aider ces jolis insectes à points porte-bonheur à s'acclimater dans votre environnement. Leur logis peut avoir, entre autres, la forme d'un nichoir pour oiseaux dans le fond duquel sont percés des orifices d'entrée d’environ 8 mm de diamètre. L'intérieur est garni de laine de bois et, sur la paroi arrière, est fixée une longue et stable latte dont l'extrémité sera plantée en terre, de préférence parmi des plantes abondamment envahies de pucerons.

Quant à l'emplacement, un endroit ensoleillé à légèrement ombragé, orienté sud-est, convient le mieux. La maisonnette reste toute l'année à l'air libre et son nettoyage n'est pas nécessaire.

Perce-oreilles

De prime abord, les pinces des perce-oreilles peuvent quelque peu intimider. Elles sont cependant beaucoup trop faibles pour entamer la peau humaine. Il n'y a donc aucune raison d'avoir peur de ces insectes. Bien au contraire : avec un abri pour perce-oreilles vous aurez beaucoup de plaisir à votre jardin. Comment créer un tel abri ? Un pot à fleurs, une petite tige de bois pas plus longue que le diamètre du fond du pot, un treillis dense, une cordelette de 50 cm de long environ, un peu de paille ou de laine de bois. La cordelette est alors attachée fermement au milieu de la tige de bois et son bout le plus long est enfilé dans l'orifice du fond du pot. Le bout le plus court reste en suspens à l'intérieur du pot sur une longueur un peu supérieure à la profondeur du pot. Le treillis est ensuite rattaché à ce bout le plus court afin de maintenir la paille ou la laine de bois à l'intérieur du pot.

Au printemps, vous pouvez installer votre « ouvrage » sur une branche, à l'abri du soleil, en veillant à ce que le fond du pot soit en contact avec la branche afin d'éviter le balancement du nichoir à perce-oreilles, ce qui empêcherait les bestioles d'y pénétrer. Dès lors, on peut laisser la nature accomplir son œuvre. Le nettoyage ou le remplacement du matériau de remplissage n'est pas nécessaire.

Ainsi, il vous est possible d'offrir, très simplement, un refuge à diverses sortes d'insectes.
Ainsi, il vous est possible d'offrir, très simplement, un refuge à diverses sortes d'insectes.

Tous sous un même toit 

Vous désirez offrir, sans complications, un refuge à diverses sortes d'insectes ? Dans ce cas, vous faites un bon choix avec les combinaisons d'aides pour la création de nichoirs (voir liens). Et très vite, vous verrez comment Madame Coccinelle jouit de son séjour dans la pension pour insectes et comment Monsieur Perce-oreilles s'y sent à l'aise. Si, par contre, vous optez pour un hôtel pour insectes à plusieurs étages offrant une vue fascinante sur la vie de différentes sortes d'abeilles sauvages et la vie des guêpes solitaires, ne vous faites aucun souci. Ces sortes sont en général pacifiques et ne possèdent – contrairement aux abeilles et guêpes sociales – que de faibles aiguillons qui ne peuvent pas pénétrer dans la peau humaine.

Bibliographie

  • Wolf Richard Günzel: « Das Insektenhotel. Naturschutz erleben. Bauanleitungen – Tierporträts – Gartentipps »

  • Wolf Richard Günzel: « Das Wildbienenhotel: Naturschutz im Garten »
Informations additionnelles

ImagePoint, istockphoto Imprimer l'article